Coopération décentralisée franco-vietnamienne

La coopération décentralisée est une des particularités des relations vietnamo-française. Depuis le premier accord de coopoération signé en 1989 entre Hanoi et la Région Ile de France, ce modèle de coopération est élargi à une quarantaine de collectivités locales françaises et vietnamiennes. S’incrivent également dans ce cadre des actions de coopération entre des universités, des hôpitaux, des associations soutenues par les collectivités locales.

Sur la base des liens historiques et cultureles particuliers et des relations d’amitié et de coopération de plus en plus attanchantes entre les deux pays, la coopération décentralisée franco-vietnamienne entre le Vietnam et la France est vue comme un des modèles de coopération réussis en permettant de répondre aux besoins des collectivités locales vietnamiennes et de mettre en valeur des atouts des collectivités locales françaises. C’est seulement avec la France que le Vietnam instaure les Assises périodiques de coopération décentralisée dont la 9ème édition s’est tenue en juin 2013 à Brest et la 10ème édition sera organisée à Can Tho, Vietnam en juin 2016.
Les collectivités locales les plus engagées dans la coopération déceentralisée sont, au niveau de region, l’Ile de France avec la Capitale de Hanoi, Poitou-Charentes avec Thua Thien Hue, Midi-Pyrénées avec Son La, Rhône Alpes avec Hochiminh-ville, Aquitaine avec Lao Cai et au niveau de départements et de villes/communes Toulouse avec Hanoi, la communauté urbaine de Lyon avec Hochiminh-ville, la Seine Saint Denis avec Hai Duong, le Val de Marne avec Yen Bai, la communauté métropolitaine de Brest avec Hai Phong, Ba Ria Vung Tau, le Côte d’Armors avec Nghe An, Quang Nam , Morbihan avec Nha Trang , Rennes et Blois avec Hue, Corse avec Hai Phong et Hochiminh-ville Cheville Larue avec Yen Bai. S’ajoutent à cette liste des syndicaux des eaux en Ile de France, Lorainne et Fontoy… avec Quang Tri, Hue, Hai Duong…
Depuis plusieurs décennies, des centains de projets ou actions de coopération sont développés (y compris plus de 100 actions de coopération universitaire). Actuellement, plus de 70 projets/actions sont mis en place dans les domaines de la culture, de la Francophonie, du tourisme (17%), de l’eau et de l’assainissement (12%), de l’urbanisme (12%), de l’éducation, de la formation et de la recherche (11%), de la formation professionnelle (11%), de la santé (7%), du développement durable et de l’environnement (7%), des échanges économiques (7%), du développement agricole et rural (5%), du patrimoine (3%).
Ces projets/actions de coopération contribuent également à promouvoir l’assistance technique, le transfert de technologie dans des domaines d’excellence de la France à savoir l’urbanimse, l’assainissement, l’environnement, l’agriculture, l’enseignement, la sant… et à renforcer les compétences en matière de coopération et d’intégration des collectivités locales vietnamiennes. Par ailleurs, ce modèle de coopération permet de promouvoir l’image du Vietnam et les potentialités économiques des villes/provinces vietnamiennes d’une part et d’autre part de resserrer les liens d’amitité et d’améliorer la connaissance mutuelle des populations française et vietnamienne, ce à travers de multiples manifestations économiques et culturelles organisées par les collectivitités et les associations françaises.
Les financements destinés à la coopération décentralisée sont modestes mais de plus en plus diversifiés. Ils peuvent provenir des collectivités locales françaises et aussi de l’AFD, du Ministère français des Affaires étrangères, de l’Union européenne… et des contre-parties vietnamiennes.
La nature de la coopération change également. Les relations gagnant-gagnant se substituent au fur et à mesure aux actions solidaires. Certaines collectivités locales commencent à développer des échanges économiques et commerciaux, mettre en contact les entreprises locales ou encore participent à des projets d’urbanisme et de transports (la région Rhône Alpes ouvre un bureau permanent d'Entreprise Rhône-Alpes Internationale (ERAI) à Hochiminh-ville ou le Val de Marne accompagne la province de Yen Bai pour développer une filière de thé…)
Les Assises bi-annuelles offrent un forum d’évaluation, de capitalisation des expériences et d’orientation en vue d’arrêter des actions adaptées aux objectifs de développement du Vietnam. Lors des 9ème Assises tenues à Brest, les collectivités locales des deux pays engagent des discussions au tour du thème « Vers un nouveau type de développement : quelles responsabilités et quelles opportunités pour les collectivités locales françaises et vietnamiennes, et les acteurs de leurs territoires ? » et définissent ensemble des domaines de coopération prioritaires pour le temps à venir à savoir l’éducation et la formation, la santé, l’environnement, les sciences-technologies…