Les grandes dynasties

?Les dynasties des Ly et Trân

Du XIe siècle au XIVe siècle, sous les règnes des dynasties des Ly (1009-1225) et des Trân (1226 - 1400), le Vietnam devint un État puissant.

L'agriculture se développe; la mise en place des digues et le défrichement occupent une place prioritaire. Des villages artisanaux se forment, spécialisés dans la poterie, le moulage de cuivre ou la forge du fer. Des bâteaux commerciaux venus de Chine et des pays d'Asie du Sud-est pénètrent entre autres dans les ports de Hoi Thong et Van Don.

Sous les dynasties des Ly et Trân, le bouddhisme prévaut et influence grandement sur la littérature et sur l'art. Pendant ce temps, le Confucianisme commence à se répandre. À la fin du XIe siècle, le temple de la Littérature dédié à Confucius est édifié. À l'époque des Trân, les concours confucéens sont organisés. Les mandarins d'origine confucéenne sont de plus en plus nombreux. L'écriture nom (l'écriture vietnamienne originale) est alors de plus en plus utilisée dans la composition littéraire. Les premières collections de l'histoire du pays sont également élaborées. L'indépendance nationale est maintenue grâce à la résistance contre Tang (1075-1077) sous la direction du général Ly Thuong Kiet, et trois fois contre les Yuan-Mongol sous la direction des rois Trân et du général Trân Hung Dao (1258, 1285,1288).

La dynastie des Ho

Succédant les règnes des Trân, la dynastie Ho (1400-1407) entreprend un nombre de réformes sociales.

Ho Quy Ly impose les politiques de restriction de la propriété foncière et d'esclaves. Il fait l'émission de billets monétaires pour remplacer la monnaie en alliage de cuivre. Mais ces réformes n'ont pas d'effets parce que le peuple ne soutient pas Ho. C'est pourquoi, devant la guerre d'invasion des Ming de la Chine, la souveraineté de Ho ne parvient pas à organiser efficacement la défense du pays. Le Vietnam tombe dans le contrôle de l'Empire des Ming.

La dynastie des Lê (1428-1788)

Un mouvement insurrectionnel pour reconquérir l'indépendance nationale est déclenché partout dans le pays, puis converge sous le drapeau de l'insurrection de Lê Loi, à Lam Son, province de Thanh Hoa.

Après dix ans de résistance, avec le soutien du peuple et l'assistance de généraux de talents, dont le héros national Nguyên Trai, la guerre de libération est gagnée. L'article Binh Ngo Dai Cao de Nguyên Trai fut considéré comme un exemplaire de déclaration de l'indépendance.

Au XVe siècle, la société du Vietnam est stable, l'agriculture est rétablie et développée, l'industrie et le commerce connaissent de nouveaux progrès. La doctrine confucéenne devient idéologie orthodoxe. La formation des talents par la voie de concours littéraires et l'étude des livres classiques font partie de ce siècle. Le Code pénal national encore appelé le code Hong Duc, est élaboré, reflétant fidèlement la situation politique, économique et sociale du Vietnam à ce moment-là.

Au XVe siècle, la dynastie des Le se détériore. En 1527, Mac Dang Dung renverse le roi Lê, et établit le règne des Mac à Thang Long (Hanoi). La famille Trinh mobilise une résistance contre les Mac. En 1592, les forces de Trinh s'emparent de Thang Long; le roi Le s'empare de nouveau du trône, mais, en réalité, tous les pouvoirs sont détenus par les seigneurs Trinh.

Dans le Sud, les seigneurs Nguyên ont élargi leur territoire jusqu'au delta du Mékong et entreprennent en même temps une guerre contre la famille Trinh. La guerre entre les deux dura de 1627 à 1772.

C'est l'époque où le Vietnam était connu beaucoup de grandes perturbations tant politiques que socio-économiques. Depuis la fin du XVIe siècle, le pays avait établi des liens commerciaux avec les pays occidentaux comme le Portugal, l'Espagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, la France. Grâce auxquels que le catholicisme commençait à se propager au Vietnam à cette époque.

L'économie et la production de marchandises se développaient, et ainsi, bon nombre de centres urbains s'épanouissaient. À Dang Ngoai (nord) il y avait Thang Long, Pho Hien et à Dang Trong (sud), il y avait Hoi An, Thanh Ha, et Nuoc Man.

La dynastie des Tây Son

En 1771, trois frères Nguyên Nhac, Nguyên Hue, Nguyên Lu dirigent l'insurrection Tây Son et renversent la domination des seigneurs Nguyên.

Au début de 1785, après avoir battu les troupes de Siam (Thai) à Rach Gam - Xoai Mut (sur le fleuve My Tho), les forces Tây Son avancent vers le nord et anéantissent les seigneurs Trinh. Le dernier roi de la dynastie des Lê, Lê Chieu Thong se réfugie en Chine, et fait appel à la dynastie chinoise des Qin pour renvoyer des troupes au Vietnam.

En 1788, Nguyên Hue monte sur le trône à Phu Xuan (Hue). Puis il mène ses troupes vers le Nord à Thang Long pour battre victorieusement 290 000 soldats chinois en janvier 1789.

Quang Trung Nguyên Hue, premier empereur de la souveraineté Tây Son, entreprend la mise en place d'un certain nombre de politiques avancées en matière d'agriculture et d'éducation. En 1792, Quang Trung meurt tandis que Nguyên Anh, avec l'assistance des Français, retourne dans le delta du Mékong pour mener la guerre contre les troupes de Tây Son. En 1802, Tay Son est battu ; Nguyên Anh se rend maître de Phu Xuan (Huê) et fonde la dynastie des Nguyên.

La dynastie des Nguyên

Nguyên Anh se proclame empereur du Vietnam en 1802, sous le nom de Gia Long, initiant la dynastie des Nguyên (1802-1945).

Les premiers rois de la dynastie des Nguyên comme Gia Long, Minh Mang unifient le pays et contrôlent un territoire plus large par rapport à celui des règnes précédents. La dynastie des Nguyên réalise bien la politique de défrichement pour la mise en place de fermes et le développement hydraulique. Au niveau de la politique extérieure, les rois Minh Mang et Thieu Tri envoient sur les mers des navires marchands pour commercer avec la France, la Grande-Bretagne, l'Indonésie et l'Inde, etc...

Les rois Nguyên commandent la rédaction de livres sur l'histoire et la géographie nationales, impriment plusieurs collections de livres importants, significatifs pour la culture nationale. Le Confucianisme occupe une position dominante et constitue un appui pour l'idéologie conservatrice des Nguyên. La dynastie des Nguyên impose une politique de «portes fermées» bloquant l'accès aux ports, et au commerce, et, renonçant aux délégations diplomatiques venues établir des relations avec le Vietnam.