L'époque de la domination française (1857-1945)

En 1857, le gouvernement français approuva la décision de conquérir le Vietnam. Cependant, compte tenu de la résistance des patriotes vietnamiens, il fallut 30 ans aux colonialistes français pour instaurer leur domination sur l'ensemble du territoire vietnamien (1887).

En 1887, l'Union Indochinoise fut constituée comprenant 5 régions : le Tonkin, l'Annam, la Conchinchine, le Cambodge et le Laos. Au début du XXe siècle, les activités socio-économiques des Français au Vietnam furent vraiment renforcées. Les Français concentrèrent leurs investissements dans l'exploitation minière et certaines autres industries. Apparurent de vastes fermes de plantations. Outre le riz, venaient s'ajouter la culture du thétier, du cafétier, de l'hévéa et du ricin, etc... Les produits agricoles et artisanaux commencèrent à devenir des marchandises d'échange. Conséquemment à ces changements économiques, les classes bourgeoise et ouvrière du Vietnam virent le jour.

Afin de faciliter sa politique d'exploitation des colonies, la France maintint sur le trône le roi et sa dynastie, mais ils n'étaient que des «marionnettes».

Sur le plan éducatif, les colonialistes français abolirent en 1915 l'ancien système de concours et imposèrent trois cycles de l'enseignement de base (maternelle, primaire et secondaire). Et en 1917, ils lancèrent officiellement la formation de fonctionnaires administratifs «à la française».

Le gouverneur général d'Indochine promulgua un décret pour restructurer le mécanisme d'organisation des villages en 1904. Cela représenta une profonde ingérence qui traduisait la volonté de créer une nouvelle classe de propriétaires terriens censés remplacer les précédents.

En ce qui concerne le milieu ouvrier ainsi que celui des paysans, les colonialistes exécutèrent une politique de domination rigoureuse. La population subit plusieurs impôts et taxes. Les colonialistes français pratiquèrent une politique de l'obscurantisme.

Les patriotes vietnamiens continuèrent la lutte pour la libération du pays. Les uns suivirent les autres. Et en 1930, Nguyên Ai Quoc, c'est-à-dire Ho Chi Minh, fonda le Parti Communiste Vietnamien (ou le parti Communiste Indochinois plus tard). Depuis, les communistes ont dirigé le mouvement de libération nationale.